4 outils en ligne pour mieux rédiger (partie 1)

Le Web, grâce aux courriels et aux médias sociaux entre autres, a installé un climat d’échanges rapides dans les conversations… parfois au détriment de la qualité du français. Pourtant, une communication efficace et professionnelle passe non seulement par le contenu, mais aussi par la qualité de la langue. Découragé? Plusieurs outils en ligne peuvent désormais sauver votre rédaction et votre réputation!

Dans cette première partie, je vous présenterai mes quatre incontournables, c’est-à-dire des sites qui sont très fréquemment utiles, complets et fiables!

1- Les dictionnaires Larousse  (gratuit)

À la recherche de la bonne orthographe d’un mot? D’articles encyclopédiques? De la traduction en français d’un mot étranger? D’un synonyme? Le site du dictionnaire Larousse offre plusieurs dictionnaires gratuitement en ligne, pour le bonheur des rédacteurs occasionnels ou assidus!

2- Le conjugueur Bescherelle (gratuit)

Plus besoin de chercher dans votre bibliothèque où se trouve le petit bouquin vert datant de l’école primaire : Bescherelle vous offre toutes les façons de conjuguer le verbe qu’il vous faut au moyen d’une simple recherche. En plus, une application mobile est disponible à peu de frais : pourquoi s’en passer?

3- La Banque de dépannage linguistique (BDL) de l’Office québécois de la langue française (gratuit)

Moins connue, la BDL est pourtant pour moi un outil dont je ne peux plus me passer quand j’écris des textes, quels qu’ils soient. C’est mon premier réflexe quand j’ai une question embêtante : anglicisme, ponctuation, majuscule, expression, prononciation, grammaire, syntaxe, tout y passe (ou presque)! Exemple : On dit amateur ou amatrice? « Être familier avec », est-ce correct? Y-a-t-il un espace avant un point-virgule? La règle des nombres, c’est quoi déjà?

Petit truc : tapez dans un moteur de recherche votre question (ex : temps des fêtes, si vous savoir si ça prend une majuscule) suivie de « bdl ». Souvent, vous obtiendrez votre réponse en un clin d’œil!

4- Le Robert (payant)

Pour ceux qui cherchent l’écriture d’un mot de vocabulaire, une définition plus précise ou un terme dans une citation, vous ne pouvez passer à côté du Robert. Si vous n’avez qu’un dictionnaire de langue française à vous acheter, misez sur le Robert, c’est le plus complet sur le marché. L’abonnement numérique est également offert pour plusieurs plateformes.

Dans le prochain article de cette série, je vous présenterai quatre outils spécialisés à mettre dans vos favoris ou à télécharger. D’ici là, bonne rédaction!


Qu’est-ce qui cloche avec ma présence web?

Comment avoir un site web davantage visible et pertinent?

Quand on veut avoir une présence web efficace,  il faut bien comprendre nos faiblesses. Peu importe l’entreprise en question, il y a toujours des points à améliorer. On peut regrouper ces points sous deux catégories : la pertinence et la visibilité.

Pertinence

Un site pertinent est un site qui est conséquent avec ce que la clientèle visée recherche. Afin de savoir si notre site est pertinent, il faut regarder des indices comme le taux de rebond, le temps moyen de consultation, le nombre de pages vues, etc. Ce sont des indicateurs qui viennent démontrer si nos visiteurs ont apprécié le site ou non.

Visibilité

Un site visible est un site qui est facilement trouvable par votre clientèle. Afin de savoir si un site est visible, il faut regarder des indices comme le nombre de visiteurs uniques, le nombre de visiteurs depuis les engins de recherche ainsi que les sites référents.

Comment améliorer ma pertinence ou ma visibilité?

Une fois qu’on a analysé les statistiques de notre site web (via des outils comme Google Analytics), il faut comprendre les principales causes de cette mauvaise position. Voici une liste de causes potentielles au problème :

Pertinence :

– Est-ce qu’on est référencé (SEO) sur des termes qui décrivent bien notre site web?

– Est-ce que nos partenariats web sont bien ciblés? Nos backlinks sont-ils sur les bons sites?

– Faisons-nous de la publicité aux bons endroits, est-ce que la campagne cible vraiment la clientèle désirée?

– Notre site est-il ergonomique? (plaisant à l’œil, facile d’utilisation, toutes les pages sont à 3-4 clics de distance de la page d’accueil)

– Offrons-nous un contenu intéressant et à valeur ajoutée pour le client?

Visibilité :

– Notre référencement (SEO) est-il efficace? Est-ce qu’on ressort pour les mots qui nous caractérisent le mieux? Notre SEO « on-site » est-il bien fait?

– Est-ce qu’on a assez de backlinks et sont-ils visibles sur les sites alliés? Accordons-nous assez d’importance à la gestion du SEO « off-site »? Est-ce que notre contenu amène les gens à nous faire des backlinks?

– Notre présence sur les médias sociaux est-elle efficace? Offrons-nous du contenu créatif et que les gens voudront partager?

– Est-ce qu’on met notre site et nos médias sociaux de l’avant durant nos campagnes marketing?

Une fois que cette analyse sera complétée, vous comprendrez davantage quels sont les problèmes de votre présence web et leurs causes. C’est à vous maintenant d’établir un plan d’action afin de corriger ces lacunes.


3 étapes pour démarrer une veille efficace sur les réseaux sociaux

Si vous commencez sur les réseaux sociaux, vous pouvez avoir l’impression qu’il n’y se passe rien et que vous n’arrivez pas à trouver des gens intéressants. Par exemple, pour quelqu’un qui est abonné à peu de comptes, il est vrai que Twitter peut sembler ennuyant ou impertinent. Difficile de faire de la veille efficace dans ce contexte!

Comment faire alors pour trouver les sources et les personnes d’intérêt? Les 3 étapes suivantes vous permettront d’y voir plus clair et de mieux démarrer votre veille sur les médias sociaux.

1- Identifiez vos champs d’intérêt

Votre veille doit se concentrer sur un ou quelques sujets bien définis. Posez-vous plusieurs questions : Quels sont vos domaines d’expertise? Quels sont vos produits ou services? Dans quelles régions se trouvent vos consommateurs? De quels genres de ressources avez-vous besoin?

Pour les plus aventureux d’entre vous, afin de débroussaillez un peu le terrain, je vous suggère d’explorer des thèmes généraux grâce à des sites comme Delicious, Mashable, Digg ou Knowtex (en français). Mon favori, et le plus facile d’approche, demeure toutefois à mes yeux StumbleUpon, car il invite l’internaute dès le départ à choisir des intérêts, qui peuvent être raffinés avec le temps.

2- Ciblez les influenceurs

Maintenant que vous savez ce que vous cherchez, il faut savoir qui en parle…et surtout qui est pertinent. Chaque domaine a ses organisations, ses personnalités phares qu’il ne faut pas manquer de suivre au risque de manquer le bateau! Souvent, ces gens ont de vastes réseaux, profitent d’une tribune médiatique ou possèdent une notoriété déjà bien établie hors ligne.

Quel est l’intérêt de cibler les influenceurs? Lorsque vous serez plus agile avec les médias sociaux, vous pourrez interagir avec eux, entamer des discussions et peut-être même profiter de leur visibilité. Pour aller plus loin, je vous suggère les articles « Comment identifier et suivre les influenceurs sur le web? » et « Comprendre les notions d’influence et d’influenceurs ».

3- Établissez votre présence sur les réseaux pertinents

Où est-ce qu’on parle de vous? Où sont vos concurrents, vos clients, vos partenaires? Quels sont les réseaux où l’on diffuse le plus de nouvelles sur votre domaine? Quelles sont les communautés qui créent le plus de contenu pertinent? Rien ne sert d’être partout, sinon vous n’y verrez plus l’essentiel!

Il faut que vous choisissiez les plateformes les mieux adaptées à vos usages selon les objectifs de votre présence en ligne. Vous pouvez ainsi vous inscrire sur des groupes LinkedIn, consulter des listes d’utilisateurs sur Twitter, aimer des pages Facebook et les lier à la vôtre, commenter sur des blogs d’intérêt, etc. pourvu que cela apporte à votre veille en ligne.

Bref, plus vous serez au cœur des réseaux sociaux, plus votre veille gagnera en pertinence et en efficience.

Crédit photo: Kreattikorn

Deux principes clés dans l’utilisation des réseaux sociaux par des entreprises

L’utilisation des médias sociaux par les entreprises est un beau casse-tête dont beaucoup préfèrent se passer. Pourtant, ce n’est pas aussi complexe que certains s’amusent à penser. Il suffit d’appliquer des concepts d’administration et de marketing bien simples et connus pour obtenir des résultats convaincants.

Plusieurs concepts sont bien sûr importants dans l’implantation d’une utilisation viable des réseaux sociaux à des fins commerciales. Cependant, deux concepts me semblent être à la base de tout ce qui peut être réalisé dans le domaine : la mise en place d’une stratégie avec des objectifs précis pour chaque média et la création de valeur pour le client.

Stratégies et objectifs ou comprendre ce qu’on veut faire

On utilise un média social pour réaliser un objectif et non simplement pour faire acte de présence. L’implication de notre entreprise sur ce média doit avoir été réfléchie et doit chercher à réaliser un but précis. Qu’est ce que je veux atteindre en m’impliquant sur ce réseau social? Ce but doit être différent pour chaque plate-forme parce que chacune d’entre elles a ses avantages et ses inconvénients. Il faut savoir tirer profit de ces différences.

La création de valeur ou le marketing 101

La création de valeur pour le client est un concept à la base du marketing et c’est également un concept qui s’applique très bien à la gestion des médias sociaux. Qu’est ce que mon client va retirer en consultant mon blog? Si vous ne le savez pas, vous avez un problème! Il faut créer un contenu unique et qui est complémentaire à l’entreprise et à sa culture organisationnelle. Ce contenu devra être vu comme une valeur ajoutée par le client.

Évitez de répéter les mêmes informations sur chacun des réseaux sociaux. Il faut que le client voie un intérêt à aller sur l’ensemble de nos réseaux sociaux, pas juste sur un d’entre eux. C’est pourquoi il est important d’établir des objectifs et stratégies différentes pour chacun afin de créer du nouveau contenu à chaque fois et que celui-ci ait une valeur ajoutée.

Avoir ces deux concepts en tête lors de l’utilisation des médias sociaux à des fins commerciales est déjà une bonne étape de complétée. Si vous vous demandez maintenant le contenu qui est propice pour chaque média, soyez rassuré, mon prochain article vous éclairera sur le sujet!


Google et la marque employeur

On parle beaucoup de développer sa marque employeur, mais les entreprises se demandent souvent comment faire. Google est selon moi un très bon exemple d’entreprise qui a performé au plan de sa marque employeur.  Ses gestionnaires peuvent très certainement en inspirer plusieurs d’entre vous.

Qu’ont-ils fait exactement? Beaucoup de choses. Je pense entre autres à l’instauration de tableaux blancs sur l’ensemble des murs puisque, pour Google, une idée peut survenir n’importe quand et il est important de pouvoir la prendre en note. Il y a aussi les meetings matinaux où chaque équipe forme un cercle pour discuter des plans de la journée et des problèmes que certains ont pu rencontrer. Pour s’assurer que tout le monde ait la chance de parler, on fait passer un toutou en forme de crayon afin de signifier à qui est-ce le tour de prendre la parole.

Leur culture organisationnelle n’est pas seulement sur papier, ils la vivent au quotidien. Ce n’est pas en posant des affiches sur les murs de la cafétéria disant que l’entreprise est innovatrice qui va faire que, par magie, les employés vont épouser cette vision des choses. Il faut les convaincre avec du concret.

Finalement, un autre point que Google a très bien compris, et qui est primordial quand on veut avoir une bonne marque employeur, c’est de faire parler de notre environnement de travail. Google London a récemment rénové ses locaux pour leur donner un look assez original. Que vous aimiez ou non le style, cela importe peu. Ce qui importe, c’est que ça a fait le tour de la planète! Je vous laisse sur quelques photos des locaux en question.

Source pour les photos : http://www.pocket-lint.com/news-gallery/43365/google-london-amazing-office-fourth-floor/1#image

Smiley face

Smiley face

Smiley face

Smiley face


Une entreprise introuvable sur le Web n’existe pas!

Croyez-vous que votre entreprise se distingue de la concurrence? Si oui, est-ce que ça se reflète sur Internet ou sur votre site web?  C’est une chose de faire des beaux produits, c’en est une autre de savoir les mettre en valeur sur le web.

Des entreprises fantômes

Malheureusement, encore aujourd’hui, bon nombre d’entreprises négligent leur présence sur le web, une composante de plus en plus importante de l’image de marque.  Selon un sondage mené par la firme SOM en 2011 : « Le commerce électronique tarde à se frayer un chemin dans les pratiques des entreprises manufacturières québécoises. Un peu plus d’une entreprise sur quatre n’a toujours pas de site web ou alors un site web qui contient peu d’information. » Les résultats complets sont disponibles dans Les cahiers du savoir-faire Web de mai 2011.

Faire de Google son allié

Vos clients, vos fournisseurs, tous ont désormais le même réflexe quand il s’agit de dénicher un produit ou un service : faire une recherche sur Google. Si votre entreprise n’a pas de site web, vous n’existerez tout simplement pas pour eux. Pire, ils pourraient trouver des commentaires négatifs à l’égard de votre entreprise tant sur les médias sociaux que dans des blogues.

Bref, une présence inadéquate sur l’Internet peut être particulièrement néfaste pour votre entreprise.

Pour y remédier, vous pouvez entre autres entamer une démarche d’optimisation du référencement de votre site web, si vous en avez un, mais également implanter un système de veille stratégique sur Internet pour votre entreprise. De cette façon, vous pourrez éviter certaines mauvaises surprises et surtout mieux rejoindre vos clients!

L’argument financier est mort

À l’heure des réseaux sociaux et des blogues, l’aspect financier n’est plus une excuse pour les entreprises qui persistent à rester à l’écart de l’Internet.

Les coûts d’un site Web varient selon le degré de professionnalisme et de contrôle désirés, ainsi que selon l’expertise nécessaire pour maintenir le site à jour. Néanmoins, l’investissement  nécessaire est très raisonnable et surtout payant grâce à la visibilité obtenue.

En somme, une présence web bien développée confirmera votre statut d’entreprise innovante et à l’affût des meilleures pratiques dans son domaine.

Article paru à l’origine sur le site de Défi Innovation Estrie et modifié par l’auteure.

L’importance de la marque employeur (2e partie)

La marque employeur, ça se joue sur deux fronts. Comme on l’a vu lors du premier article de cette série, elle permet d’attirer plus de candidats sur vos postes. Ensuite, elle va « fidéliser » vos employés, les inciter à rester dans votre organisation.

La marque employeur pour garder ses employés

En effet, les organisations avec une bonne marque employeur vont conserver leurs employés comme une bonne marque va fidéliser sa clientèle. Cela permet donc de réduire le taux de roulement et les coûts qui y sont associés.

La clé pour que vos employés soient fidélisés, c’est que les valeurs promues en entrevue correspondent, selon eux, à celles présentes dans l’environnement de travail. Ils doivent sentir au quotidien que cette marque employeur est bien concrète. Si le tout est cohérent, la fidélité de votre personnel en sera nécessairement augmentée.

La marque employeur, moteur de performance

Une bonne marque employeur va aussi aider votre entreprise à devenir plus performante. En effet, en établissant les valeurs de votre organisation dès le processus de recrutement, vous allez ainsi favoriser le choix de candidat dont le « fit » organisationnel est bon et dissuader ceux qui « fit » moins bien. De cette façon, vous maximisez vos chances d’avoir des employés performants et qui s’intègrent bien à votre culture.

Comment développer ma marque employeur?

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises manières, mais la créativité a toujours sa place dans l’implantation d’une bonne marque employeur. Le Web regorge d’outils que vous pouvez utiliser afin de promouvoir votre marque : site carrière, réseaux sociaux, outils de réception des CV  accordant une importance aux valeurs des candidats, publicités promouvant votre environnement de travail, etc. Vous pouvez aussi vendre les valeurs de votre entreprise durant le processus de sélection afin de vous assurer que tous les candidats en soient bien conscients.

Il n’est jamais trop tard pour investir dans sa marque employeur. C’est maintenant à vous de jouer!


%d blogueurs aiment cette page :