L’importance de la marque employeur (1re partie)

Une entreprise qui se démarque dans le monde du recrutement est très souvent une entreprise qui se démarque par sa marque employeur. Une bonne marque employeur n’attire pas seulement de nouveaux candidats à appliquer sur les postes que notre organisation offre, mais elle permet aussi de réduire le taux de roulement. Tout cela se traduit par des économies substantielles qui en valent la chandelle. Mais qu’est-ce que la marque employeur exactement?

Qu’est que la marque employeur?

Selon la définition du Chartered Institute of Personnel and Development (et traduite en français par Lumesse) la marque employeur « est un ensemble d’attributs et de qualités souvent intangibles – qui rend une organisation reconnaissable, sous-entend un certain type d’expérience de travail et s’adresse à ceux qui se reconnaissent dans ses valeurs et qui sauront développer tout leur  potentiel au sein de cette culture d’entreprise ».

Puisqu’elle est intangible, certaines organisations ont tendance à ne pas lui accorder tout le crédit qu’elle mérite. Investir dans un site carrière pour améliorer sa marque employeur, par exemple, est une bonne idée. Par contre,  il faudra que votre site communique bien les valeurs de votre organisation, qu’il puisse vendre votre historique, etc. Le but de la marque employeur c’est de vendre le petit quelque chose intangible qui va faire que les chercheurs d’emplois vont vouloir travailler pour vous. Vous devez vendre l’âme de votre organisation!

Ce que les candidats en pensent

Les chercheurs d’emploi sont rarement uniquement à la recherche d’un salaire. Le fait d’être fier de travailler pour l’organisation, de sentir qu’on pourra se développer à l’intérieur de celle-ci et que les expériences que nous vivrons seront enrichissantes constituent tous des facteurs clés qui peuvent influencer un individu à être attiré par une entreprise plus qu’une autre. D’ailleurs, une étude réalisée par Lumesse auprès de travailleurs français démontre que 57% des gens accordent une importance à la marque employeur au moment de joindre une entreprise. Les entreprises qui investiront dans leur marque employeur sont celles qui seront dans les premières rangées pour recruter dans ce bassin de candidat!

Maintenant que vous comprenez mieux ce qu’est la marque employeur, il est important d’en comprendre ses impacts. La 2e partie de cet article, disponible bientôt, discutera plus en détails de cet aspect.

Publicités

Mieux connaître la clientèle des médias sociaux

Que ce soit pour du recrutement de personnel, de la publicité ou pour acquérir de nouveaux marchés, il est important de mieux comprendre le type de public qui utilisent les médias sociaux. De cette façon, il sera plus facile de comprendre comment notre entreprise peut utiliser les médias sociaux.

Ne dites surtout pas que les médias sociaux ne sont pas importants pour votre entreprise sans avoir bien étudier le sujet! En effet, selon une étude de Nielsen Social Media Report, les sceptiques sont vus comme des gens en retard et qui sont dans le chemin du progrès (!).

Voici maintenant  les principales statistiques ressorties du  Nielsen Social Media Report basé aux États-Unis. À vous ensuite de voir si la clientèle en jeu s’approche ou non de votre clientèle cible. Pour plus de détails, je vous suggère de lire l’excellent article de Brian Solis sur le sujet.

Pourcentage d’heures dépensées sur internet :

Les médias sociaux et les blogs : 22.5%

Les jeux en ligne : 9.8%

Le courriel : 7.6%

L’utilisateur moyen d’un média social est :

Une femme

Entre 18 et 34 ans

De race asiatique

Ayant une formation universitaire

Et avec un revenu annuel de moins de 50 000$

Les gens utilisent leur téléphone intelligent pour:

Le téléphone intelligent est de plus en plus utilisé par les gens friands de médias sociaux. En effet, 37% de la population ayant été sur un média social ont utilisé leur téléphone pour accéder à ce média. Mais quel type d’applications retrouve-t-on sur celui-ci?

Écoute/téléchargement de musique : 49%

Média social : 47%

Recherche web : 40%

GPS : 40 %

Jeux : 37%

Quand on les compare aux utilisateurs moyens d’internet, les fans de médias sociaux ont :

75% plus de chance d’être des gros acheteurs de musique

47% plus de chance d’être des gros acheteurs de vêtements

33% plus de chance de donner leur opinion sur une émission de télévision

19% plus de chance d’assister à un évènement sportif

18% plus de chance d’aller dans un gym

Il faut aussi ajouter que 53% des utilisateurs actifs de médias sociaux suivent une marque et 32% d’entre eux suivent une célébrité.

Top 5 des pays pour l’utilisation des médias sociaux

Australie

Brésil

France

Allemagne

Italie


4 façons d’utiliser un wiki pour votre entreprise

Le wiki est un des nombreux outils qu’offre le web 2.0 et qui peut grandement aider aux performances de votre entreprise. Le wiki possède deux principaux attraits : la centralisation de l’information pertinente et l’ouverture à une communication business-to-employee (B2E).  L’avantage de cet outil, c’est qu’il peut être utilisé à toutes les sauces. Voici quatre idées d’utilisation du wiki en entreprise.

1- Le wiki comme base de données des connaissances

Toute documentation écrite qui se veut disponible à tous les employés devrait se retrouver dans un wiki. Cela facilite non seulement l’accès à la documentation, mais évite beaucoup de perte de temps. Il sera également plus facile de mettre à jour l’information et de recevoir les commentaires ou les questions des employées.

2- Le wiki comme FAQ (Frequently Asked Questions)

Au lieu d’envoyer et de répondre à des questions générales par courriel, il serait profitable pour l’ensemble des employés de le faire par wiki. De cette façon, l’information sera accessible rapidement par l’employé et cela évitera aux gestionnaires de répondre fréquemment aux mêmes questions.

3- Le wiki pour mettre à jour les employés

Dans les types d’entreprise où l’employé doit souvent se mettre à jour sur les dernières tendances (médecine, droit, ressources humaines), le wiki peut être utilisé pour fournir cette information. Que ce soit pour une nouvelle maladie ou une jurisprudence, l’employé pourra s’informer sur le sujet et poser des questions aux besoins.

4- Le wiki comme outil de réunion

Le wiki peut réduire le nombre de réunion d’une équipe en leur permettant de partager de l’information et poser certaines questions. De cette façon, l’équipe n’aura pas besoin de se rencontrer pour des points qu’on peut facilement discuter sur le wiki. Cela est d’ailleurs très apprécié chez les grandes équipes de travail puisque que ça réduit les problèmes de recherche de plage horaire commune.

Le wiki est un outil qui peut être utilisé de plusieurs manières différentes. N’hésitez pas à être créatif et à trouver votre propre façon. Les performances de votre entreprise se verront très certainement augmentées.


Ne tombez pas dans le panneau de la construction!

Un panneau orange en forme de losange avec un petit bonhomme, pelle à la main : voilà ce qu’on peut voir très souvent sur les routes du Québec … mais également sur de trop pages de site web. La page en construction est en effet encore bien présente sur la toile. Votre site est victime de ce fléau? Voyez pourquoi il est temps de passer à l’action et de retirer ces panneaux indésirables!

Des internautes bloqués dans la circulation

Sur un site web, une page en construction provoque à peu près le même effet que des travaux routiers : les usagers se fâchent! En clair, une page, ou même un site web complet, en construction donne une assez mauvaise impression de votre organisation aux internautes. S’ils ne peuvent arriver à l’information recherchée, leur expérience utilisateur n’aura pas été positive et peu d’entre eux recommanderont votre site web.

Une page en construction peut aussi nuire à votre retour sur investissement. Par exemple, si vous indiquez dans votre menu un lien vers votre « boutique en ligne » et qu’en fait cette fonction n’est pas encore disponible, l’utilisateur pourrait s’arrêter à la page en construction et reconsidérer son projet d’acheter, voire jusqu’à visiter plutôt un concurrent!

Un référencement en chute libre

Règle générale, un site web avec peu de contenu ou manquant d’originalité obtiendra une performance assez mauvaise dans les résultats de recherche. Le contenu étant minime, les pages ne seront pas visitées souvent par les robots. Ne vous attendez pas non plus à ce qu’une page vide attire beaucoup de liens externes!

Certains affirment toutefois qu’il peut être intéressant de garder une page en construction, si elle n’est pas encore prête à la diffusion, dans le but de lui donner de l’ancienneté auprès des moteurs de recherche. Rappelons toutefois que même Google suggère fortement de ne pas publier des sites sans contenu, d’autant plus que cela nuit à l’expérience de vos clients.

Des solutions aux travaux sans fin

Si votre site contient une page qui doit être modifiée, évitez la transition et faites les modifications immédiatement, autant que possible. Vous n’avez pas encore rédigé le nouveau contenu? Voici quelques suggestions qui seront toujours mieux qu’une pancarte de travaux :

  • Archivez la page, si les informations qu’elle contient ne sont plus actuelles, et créez-en une nouvelle plus tard au besoin.
  • Proposez un résumé bref de ce que contiendra la future page ou site : cela favorisera aussi un meilleur référencement par les moteurs de recherche.
  • Indiquez une date de mise en ligne officielle. Certains utilisent un décompte en page d’accueil, mais l’essentiel demeure de préciser un délai raisonnable de publication.
  • Expliquez en quelques lignes la raison de la remise à neuf de la page, surtout si vous tenez absolument à mettre un panneau de construction.
  • Interdisez l’indexation des pages sans contenu ou en cours de construction.

De cette façon, vous éviterez d’attiser la colère de vos utilisateurs en plus de miser sur des bonnes pratiques de référencement.


À chaque campagne marketing, son média social

Pour faire une bonne campagne de marketing sur les médias sociaux, il faut comprendre les forces et faiblesses de chacun afin de faire un choix éclairé. Il est important de toujours trouver le ou les médias sociaux qui répondront plus spécifiquement aux objectifs de votre campagne web.

Le CMO (cmo.com) lança son deuxième guide sur les médias sociaux en début d’année afin d’aider les spécialistes en marketing à mieux s’y retrouver dans l’offre grandissante de réseaux sociaux. On retrouve pour chacun d’entre eux leur potentiel dans 4 sphères bien précises : la communication avec le consommateur, l’exposition de la marque, le trafic vers notre site et le référencement ou SEO (search engine optimization).

Communication avec le consommateur

On remarque que des sites comme Facebook, Twitter et YouTube font très bien au plan de la communication avec le consommateur. Il est plus simple de se démarquer du lot avec Facebook et Twitter puisque leurs sites ont une portée plus sociale. La communication se fait dans les deux sens et il est facile pour une entreprise de recevoir du feedback, que celui-ci soit négatif ou plus positif. Quant aux vidéos sur YouTube, ils sont un outil avantageux pour informer ou divertir notre public cible.

Exposition de la marque

On retrouve encore les Facebook, Twitter et Youtube comme leader dans cette catégorie, mais à ceux-ci viennent s’ajouter des sites comme LinkedIn et Digg. Dans plusieurs cas, on ne cherche pas nécessairement à parler de notre marque, mais bien que les autres en parlent. Sur Twitter, on recherche notamment à ce que notre contenu soit « retwetté » (partagé par nos abonnés aux leurs). Sur LinkedIn, on veut montrer la solidité de nos ressources humaines. Finalement sur Digg, on veut retrouver notre entreprise dans les histoires de l’heure, de façon positive de préférence!

Trafic vers notre site

Contrairement aux aspects précédents, les joueurs les plus connus font moins bien ici, principalement à cause du spam et du bruit. Digg et StumbleUpon sont les deux sites qui ressortent le plus du lot. Si vous publiez des articles, des histoires intéressantes sur votre site ou blog, il se pourrait bien que ceux-ci se retrouvent sur Digg. Si la communauté apprécie votre article, vous constaterez une augmentation du trafic. Pour ce qui est de StumbleUpon , le but du site est de faire découvrir du nouveau contenu aux utilisateurs. Ceuxi-ci pourraient dont tomber un jour ou l’autre sur votre site. Il est important d’avoir un contenu intéressant afin de fidéliser ces utilisateurs et même d’en attirer d’autres.

Référencement

Les liens « no-follow » (http://en.wikipedia.org/wiki/Nofollow) font mal à certains site, comme Facebook et Twitter, mais d’autres se démarquent. On pense à FlickR qui se débrouille très bien dans la recherche photo autant sur Google que Bing. Les channels et vidéos sur YouTube sont très bien représentés sur les moteurs de recherche. Les histoires sur Digg, même si elles ne deviennent pas nécessairement populaires, vont être indexées très rapidement et peuvent attirer l’œil des bloggeurs.

Pour ceux qui voudraient consulter plus en détails l’étude, vous n’avez qu’à visionner le PDF ci-dessous :

http://www.cmo.com/sites/default/files/CMOcom-SocialMediaLandscape2011.pdf


La vérité sur l’utilisation des médias sociaux pour promouvoir votre entreprise

L’utilisation d’Internet pour promouvoir son entreprise est une tendance qui émerge tranquillement, mais sûrement au Québec. Malgré tout, plusieurs entreprises semblent ne pas voir l’opportunité que leur offre Internet quand il vient le temps d’établir un marketing efficace. Pour ceux qui ont sauté dans la vague, les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous, principalement à cause de la méconnaissance, même chez les experts du marketing, à utiliser efficacement ce nouveau média. Cet article se veut un outil pour aider les entrepreneurs à mieux comprendre sur quoi reposent les bases de la promotion sur ce média, principalement sur les réseaux sociaux qui sont la mode de l’heure.

Michelle Blanc (2010) nous fait part sur son blog des principales causes qui font qu’une campagne de marketing sur les médias sociaux est non concluante. Elle s’inspire d’un article de Dave Fleet (2010) intitulé « Four Reasons Your Social Media Marketing Campaign Sucks ». Elle observe entre autres que :

– Les campagnes sont souvent basées sur des prémisses de court terme malgré que les médias sociaux soient surtout orientés sur le long terme

– La présence web n’est pas continue, l’entreprise y croit plus ou moins

– Les campagnes sont unidirectionnelles et ne cherchent pas à dialoguer avec la clientèle (le but des réseaux sociaux)

Elle nous fait remarquer également que pour bâtir une vraie communauté sur ces médias, il faut beaucoup de temps. Cela est à contre-courant des campagnes de publicité traditionnelle avec des objectifs bien ciblés et un laps de temps bien défini. Sur Internet, les campagnes n’ont jamais vraiment de fin et cela peut être problématique quand vous devrez faire face à une campagne de dénigrement à cause de la mauvaise gestion de votre promotion.

Les organisations auront également tendance à mettre fin au financement d’une campagne sur Internet rendu à l’échéance fixée. Cela vient non seulement détruire tous les efforts réalisés, mais cela aura pour effet de délaisser la base d’utilisateurs qu’on aurait pu se rallier à notre cause. C’est important de garder un dialogue continu si on veut les garder et profiter du bouche à oreille qu’ils pourraient nous faire.

Elle ajoute que les médias sociaux sont des médias qu’on qualifie de « mérités » et non des médias « payés » comme les médias traditionnels. La stratégie est donc beaucoup plus importante que l’investissement quand on veut avoir une bonne campagne sur les médias sociaux. Naturellement, il faut investir de l’argent dans une campagne sur les médias sociaux, mais tout cela n’y changera rien si votre technique est mauvaise. Voici un tableau de Forrester qui nous explique la différence entre les différents types de médias.

tableau.jpg
Source : http://blogs.forrester.com/interactive_marketing/2009/12/defining-earned-owned-and-paid-media.html

Finalement, il faut se sortir de la tête que votre entreprise pourra rejoindre une masse critique de personnes avec des campagnes unidirectionnelles à moins de créer un choc incroyable avec une campagne virale efficace (ce qui est très rare). Les campagnes virales sont aussi à utiliser avec parcimonie et celles-ci doivent être très bien rodées. Les Internautes ne sont pas très friands de mauvaises campagnes virales et ils vous le feront savoir assez rapidement. Cela pourrait nuire grandement à votre entreprise. La patience est la meilleure voie quand on veut promouvoir notre entreprise sur les médias sociaux. Les objectifs à long terme sont donc d’une grande importance.

Une entreprise ne peut plus utiliser la technique « push » afin de construire sa campagne de marketing, du moins, sur les médias sociaux. C’est l’élément le plus important à retenir de ce billet. Dans le monde des médias sociaux, c’est l’utilisateur qui a le pouvoir et qui fera de votre campagne un succès ou un échec. Sur Internet, l’argent investi ne changera rien à un manque de compétence. Avant de vous lancer dans une telle campagne, assurez-vous de bien comprendre ce que vous faîtes!

Sources :

Michelle Blanc, Quatre raisons pourquoi votre marketing médias sociaux est poche, http://www.michelleblanc.com/2010/05/25/quatre-raisons-pourquoi-votre-marketing-medias-sociaux-est-poche/

Dave Fleet, Four Reasons Your Social Media Marketing Campaign Sucks, http://davefleet.com/2010/05/reasons-social-media-marketing-campaign-sucks/


Comment inclure Twitter dans sa stratégie de recrutement?

Aujourd’hui, Twitter est utilisé sous différent rôles, que ce soit comme blogue personnel, pour promouvoir son entreprise ou même vendre un produit. Les possibilités de cet outil de microblogage semblent infinies, mais le sont-elles vraiment? En recrutement, du moins, son potentiel apparaît intéressant, autant pour le recrutement actif que celui passif.

Recrutement actif

Le recrutement actif sur Twitter ne devrait pas dépayser la plupart des professionnels en ressources humaines. Il consiste tout simplement à publier vos offres d’emploi sur le Twitter officiel de votre entreprise (quand le volume est peu élevé) ou de créer un Twitter « carrière » quand le nombre de postes à afficher est grand et/ou que le Twitter officiel de votre entreprise présente déjà un volume élevé de tweets par jour.

Cette méthode est utilisée quand vous devez combler un poste maintenant ouvert. Twitter devient donc un outil additionnel à votre processus de dotation. Dans votre annonce, il est toujours pertinent d’ajouter un lien qui mène à une page expliquant l’offre d’emploi avec plus de détails. L’utilisation d’un mot-clic ou hashtag, soit un # suivi d’un mot-clé (exemple : #emploi), est également conseillé afin d’être plus facilement trouvable par le moteur de recherche.

L’avantage de Twitter par rapport aux outils normalement utilisés en recrutement actif est que vous pouvez demander à vos abonnés (« followers ») de retweeter vos offres d’emploi. Ils seront très souvent heureux de pouvoir partager un tweet avec un contenu aussi pertinent qu’une offre d’emploi. Si plusieurs personnalités influentes partagent votre offre, celle-ci n’aura pas seulement une grande portée, mais elle verra également sa crédibilité renforcée.

Plusieurs organisations utilisent Twitter pour leur recrutement actif. Par exemple, Starbucks utilise entre autre cette méthode via sa page Twitter dédié à l’affichage de postes, « Starbucks Jobs » (http://twitter.com/#!/StarbucksJobs).

Recrutement passif

Les organisations qui se démarquent en matière de recrutement sont celles qui investissent dans leur recrutement passif. Le recrutement passif consiste à effectuer une veille sur le marché des candidats potentiels afin de recruter les meilleurs talents quand ils sont disponibles même si l’organisation n’a pas nécessairement de poste ouvert présentement. Dans un marché de l’emploi aussi compétitif, il est important de trouver les talents avant la concurrence. Cela nous permet de diminuer les coûts liées au recrutement et le temps perdu à compléter un tel processus (affichage de poste, lecture de c.v., réalisation d’entrevue en plusieurs étapes,  etc.). Mais comment faire un bon recrutement passif sur Twitter?

Il est important de garder dans votre réseau autant les candidats potentiels pour votre entreprise que les personnes qui pourraient vous trouver ces candidats potentiels. La veille doit s’effectuer principalement dans le secteur le plus important pour votre entreprise puisque c’est à cet endroit que l’embauche de candidats de talent risque d’avoir le plus d’impact sur la performance organisationnelle. Comme pour le recrutement actif, il est possible d’utiliser les hashtags pour le passif. En effet, le hashtag offre une belle opportunité de chercher des candidats dans un domaine particulier et d’ajouter les plus intéressants à votre réseau.

Maintenant que vous avez trouvé des candidats potentiels, il faut rester en contact avec ceux-ci. Vous devez suivre leur évolution sur Twitter, discuter avec eux et même les rencontrer face à face. Cela vous permettra de reconnaître les candidats de talent de ceux qui sont moins intéressant pour votre entreprise. Il ne faut pas hésiter à offrir des postes aux candidats de talent avant que la concurrence ne vous prenne de court!

Conclusion

Le marché de l’emploi est de plus en plus compétitif et les entreprises qui pourront se démarquer en terme de recrutement sont celles qui pourront utiliser tous les outils présents dans leur environnement afin d’en faire un avantage compétitif. L’utilisation de Twitter en recrutement peut s’inscrire dans cette branche et les gestionnaires RH qui pourront l’utiliser adéquatement offriront très certainement un instrument de plus à leur entreprise dans la recherche des meilleurs talents.


%d blogueurs aiment cette page :